L’Onction des malades

L’Évangile est truffé de scènes où des malades s’approchent de Jésus, et Jésus les guérit, tout en leur pardonnant leurs péchés. Pour accomplir son œuvre de salut, Jésus a voulu délivrer l’homme de tout mal, quelles que soient les modalités sous lesquelles ce mal se manifeste : physique, moral ou spirituel. Lui-même a été soumis à la souffrance et à la mort, et mystérieusement, la souffrance et la mort sont devenus des lieux de communion avec le Christ souffrant le Christ sauveur.

C’est dans l’épître de saint Jacques que l’on trouve cette consigne : « Si l’un de vous est dans la souffrance, qu’il prie ; si quelqu’un est dans la joie, qu’il chante le Seigneur. Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Église la fonction d’Anciens : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon. » (Jc 5, 14-15).

Il ne faut surtout pas attendre le dernier moment pour demander à recevoir ce sacrement ! C’est le Christ lui-même qui vient visiter le malade et lui donner la force de son Esprit Saint, et le malade a droit à ce réconfort.



Le sacrement de l’Onction des malades a pour but de conférer une grâce spéciale au chrétien qui éprouve des difficultés inhérentes à l’état de maladie grave ou à la vieillesse.

Le temps opportun pour recevoir la Sainte Onction est certainement arrivé lorsque le fidèle commence à se trouver en danger de mort pour cause de maladie ou de vieillesse. Chaque fois qu’un chrétien tombe gravement malade, il peut recevoir la Sainte Onction, de même lorsqu’après l’avoir reçue la maladie s’aggrave.

Seuls les prêtres (presbytres et évêques) peuvent donner le sacrement de l’Onction des malades ; pour le conférer ils emploient de l’huile bénite par l’Évêque, ou, au besoin, par le presbytre célébrant lui-même.

L’essentiel de la célébration de ce sacrement consiste en l’onction sur le front et les mains du malade (dans le rite romain) ou sur d’autres parties du corps (en Orient), onction accompagnée de la prière liturgique du prêtre célébrant qui demande la grâce spéciale de ce sacrement.

La grâce spéciale du Sacrement de l’Onction des malades a comme effets :
- l’union du malade à la Passion du Christ, pour son bien et pour celui de toute l’Église ;
- le réconfort, la paix et le courage pour supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse ;
- le pardon des péchés si le malade n’a pas pu l’obtenir par le sacrement de la Pénitence ;
- le rétablissement de la santé, si cela convient au salut spirituel ;
- la préparation au passage à la vie éternelle.

A venir

21 avril 2019 10h00
Cuélas – église St Martin : Messe
21 avril 2019 10h30
Messe à CASTEX
21 avril 2019 11h00
Mirande – église Ste Marie : Messe des familles
21 avril 2019 11h00
Bassoues – église Notre-Dame : Messe
27 avril 2019 17h00
Messe à BETPLAN
28 avril 2019 10h30
Messe à MIELAN
19 mai 2019 11h00
Fête paroissiale
Mirande