La fidélité : un appel au bonheur !

Le jour de leur mariage, les époux se promettent fidélité de cœur, d’esprit et d’action : « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. »  (Article 212 du Code Civil). Cet engagement n’est pas une contrainte aliénante, il est au contraire libérateur : ce choix est celui du don total de sa personne à un autre, pour la vie. En lui promettant fidélité, l’époux ou l’épouse signifie à son conjoint qu’il/elle le préfère à tous les autres ; qu’il est et restera unique à ses yeux ! La fidélité est donc indissociable de l'amour vrai et durable.
“Certaines personnes essaient de ridiculiser, voire de nier l’idée d’un lien fidèle qui durerait toute la vie. Ces personnes - vous pouvez en être sûr - ne savent pas ce qu’est l’amour” Jean-Paul II

Une jeune femme de 33 ans livre ce témoignage sur Internet : « Aujourd’hui, mon expérience m’a appris que dans l’infidélité, il y a beaucoup de désamour pour l’autre et pour soi, qui nous mène à puiser dans l’amour des autres pour combler nos vides. Aimer vraiment est un travail à temps plein, qui demande compassion, tendresse, observation, attention, tolérance, prévenance. C’est tellement difficile que je ne vois pas comment on pourrait parvenir à le donner à plusieurs personnes en même temps. »

2. La communion entre les époux est à l’image de notre communion avec Dieu.

Dans son livre Bonnes nouvelles sur le sexe et le mariage, Christopher West, célèbre conférencier catholique américain, donne une dimension spirituelle à l’échange des consentements : “Les consentements échangés entre les époux sont l’expression de l’amour de Dieu sur terre. Lorsque les époux contredisent leurs consentements dans le langage de leurs corps, ils contredisent la signification même de la vie : notre appel à vivre à l’image de Dieu en aimant comme il aime." Mais la fidélité, l’amour exclusif ne renferme pas un couple sur lui-même bien au contraire, elle le prépare à accueillir une vie nouvelle. Dans sa lettre aux familles, Saint Jean-Paul II écrit ceci : “ La famille qui en découle reçoit sa solidité interne de l'alliance entre les époux, dont le Christ a fait un sacrement. « Êtes-vous disposés à accueillir avec amour les enfants que Dieu voudra vous donner et à les éduquer... ? », demande le célébrant au cours de la cérémonie du mariage (14). La réponse des époux exprime la vérité intime de l'amour qui les unit. Toutefois leur unité, au lieu de les renfermer sur eux-mêmes, les ouvre à une vie nouvelle, à une personne nouvelle. Comme parents, ils seront capables de donner la vie à un être semblable à eux, non seulement « chair de leur chair et os de leurs os » (cf. Gn 2, 23), mais image et ressemblance de Dieu, c'est-à-dire une personne.”

3. Prions ensemble pour y parvenir !

La fidélité à une personne demande parfois du courage. Nous vous invitons à prier pour les couples, pour qu’ils parviennent à tenir leur promesse de fidélité de cœur, d’esprit et d’action à l’égard de leur seul et unique conjoint ou pour qu’ils redécouvrent cette fidélité.