Rencontres de l'aumonerie de l'Astarac

L'aumônerie du secteur de l'Astarac a décidé cette année pour  ses rencontres de s'inspirer de l'encyclique du Pape François "Laudato si"

Après une première soirée au cours de laquelle nous avons regardé la première partie du film "Demain" et débattu sur l'écologie, nous sommes allés à la micro-ferme "le rocher" de Miélan qui démarre tout juste son activité. En effet Emmanuelle et Olivier Lavernhe, chrétiens engagés, ont décidé de changer radicalement de vie et de se lancer dans le maraichage et l’arboriculture en suivant les principes de la permaculture ; ils nous ont fait la joie de nous accueillir pour nous parler de ce choix !

Le matin leur témoignage et explications sur la permaculture et leur projet de vie, a beaucoup intéressé et touché les jeunes. Puis le Père Ferran a dit la messe sur place, messe joyeuse et recueillie grâce à l'animation musicale de Didier Dourthous, de son fils et de Blanche Lefort !!



Après un repas pris dans la joie, nous nous sommes partagés en ateliers afin de "mettre la main à la pâte" pour mieux appréhender ce qu'était la permaculture et donner un coup de main à Emmanuelle et Olivier : construction d'un poulailler, montage d’outil, paillage de parcelles, ramassage de bois devant être broyé ... Tout cela dans la joie et la bonne humeur. L'après-midi passa bien trop vite au goût de tous !!

 Une dernière mise en commun sur ce que les jeunes avaient aimé et retenu, les remerciements chaleureux tant d'Emmanuelle et Olivier pour l'aide apportée que des jeunes pour leur accueil et leur témoignage et la fin du WE était là.

Voici des extraits de cette encyclique sur lesquels nous nous sommes appuyés pour notre 1ere thème de réflexion;

"les textes bibliques ….nous invitent à ‘‘cultiver et garder’’ le jardin du monde (cf. Gn 2, 15). Alors que ‘‘cultiver’’ signifie labourer, défricher ou travailler, ‘‘garder’’ signifie protéger, sauvegarder, préserver, soigner, surveiller. Cela implique une relation de réciprocité responsable entre l’être humain et la nature. Chaque communauté peut prélever de la bonté de la terre ce qui lui est nécessaire pour survivre, mais elle a aussi le devoir de la sauvegarder et de garantir la continuité de sa fertilité pour les générations futures ; car, en définitive, « au Seigneur la terre » (Ps 24, 1), à lui appartiennent « la terre et tout ce qui s’y trouve » (Dt 10, 14)"
"Nous avons grandi en pensant que nous étions ses propriétaires et ses dominateurs, autorisés à l’exploiter. La violence qu’il y a dans le cœur humain blessé par le péché se manifeste aussi à travers les symptômes de maladie que nous observons dans le sol, dans l’eau, dans l’air et dans les êtres vivants. C’est pourquoi, parmi les pauvres les plus abandonnés et maltraités, se trouve notre terre opprimée et dévastée, qui «gémit en travail d’enfantement»"
"Le Catéchisme l’enseigne ainsi : « L’interdépendance des créatures est voulue par Dieu. Le soleil et la lune, le cèdre et la petite fleur, l’aigle et le moineau : le spectacle de leurs innombrables diversités et inégalités signifie qu’aucune des créatures ne se suffit à elle-même. Elles n’existent qu’en dépendance les unes des autres, pour se compléter mutuellement, au service les unes des autres ».6"
Pape FRANCOIS

A venir

05 décembre 2020 17h00
Messe à Belloc
06 décembre 2020 11h00
Messe à Mirande